guirlandes de papier

je me souviens enfance les forêts qui m’appellent

les pieds nus sur la Terre libre, les barrières comme une ponctuation factice

qui donc a confisqué la Terre de mon enfance?

la laideur matraque mon âme à tous les coins mon enfant se heurte aux barrières

mes je-nous se raidissent , ne s’articulent plus, gesticulent ,

marionnettes isolées figées pétrifiées

que nous cachent les masques de papier?

coupables de tout cachons nous privons nous taisons nous

retenons notre souffle , souffle perfide et contagieux

jamais ne souffle jamais ne souffle

suspendus au dessus du jardin

guirlandes de papiers

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s