comme une fleur

Aujourd’hui, cueillette d’achillée millefeuille, d’orties, de plantain, de coquelicots, de grande camomille.

Le grand champ d’achillée où libres épanouies rayonnantes, elles enchantaient l’espace de leur simplicité.

en écho à la plante des femmes, cet homme qui passe et me regardant chante  » a-chi-lléa »

les coquelicots, surpris au détour de la route, fragiles , et qui l’affirment si puissamment, l’importance d’être fragile en conscience sur cette Terre, les petits princes. Je m’arrête sur la bordure et tente d’en récolter mais leurs pétales m’échappent me laissant à la vanité de mon emprise et me ramenant dans le vide au creux de ma main au sourire de l’instant.

Les orties, magiques, entières, intègres, du bord du ruisseau, cachées dans le fond du ravin, se dressant fièrement avec tous leurs piquants, les jeunes à la feuille tendre, que je recherche pour mes tisanes , se cachant sous leurs aînées. L’ortie protège le sceau du secret, c’est une chevalière, une noble dame.

Le champ rempli de plantain, avec leur chakra couronne épanoui et suspendu en minuscules fleurs blanches, l’abondance et la virginité. La beauté d’un mariage sincère et silencieux.

Fleurs, merci. 

Merci d’être là, s’être si belles, si libres, et si différentes.

Merci d’être éphémères aussi, vous me faites ressentir ainsi la grâce de la Vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s