le petit chat

Lorsque les petits chats ont 2 mois, ils atteignent l’âge légal pour être adoptés.

On met une annonce sur le bon coin et on reçoit de très nombreux appels pour chaque petit chat.

Je choisis avec soin chaque adoptant en fonction de ce que je connais du bébé chat.

J’utilise beaucoup mon intuition. Ensuite, je recherche des personnes pour qui l’animal ne sera ni un objet, ni un exutoire, ni un pansement pour une blessure psychique, ni un animal de  » remplacement ». Puis je privilégie les environnements adaptés à un chat : un extérieur accessible.

Je propose à la personne de commencer à se connecter à son chat par l’esprit. Lui envoyer par l’intention des visualisations de lui dans sa maison, de lui avec les animaux déjà présents si c’est le cas, de lui en gros câlin avec sa famille, etc…Et quand la personne vient le chercher, c’est le petit connecté qui s’avance vers lui. Il le reconnait. Il a reçu les messages.

Aujourd’hui quand la famille est venue chercher son petit chat, le petit chat a exprimé clairement qu’il n’était pas prêt. Il est resté longuement à têter, il s’est caché derrière son frère, il m’a regardé longuement en poussant des petits gémissements. C’était clair, il n’était pas prêt.

Les personnes avaient fait une heure de route pour venir le chercher, je fus bien embarrassée de leur expliquer que le petit chat n’était pas prêt et qu’ils allaient devoir revenir plus tard.

Ils étaient déçus et en colère ce que l’on peut comprendre, mais surtout, ils ne me comprenaient pas.

Pourquoi ne pas le forcer? le prendre, le mettre dans la cage, ne pas tenir compte de ce qu’il demande, après il s’habituera, et ça ira.

Bien-sûr, c’est une attitude majoritairement répandue, de ne pas écouter, de se forcer, de forcer les enfants, les animaux…de faire comme si ce qu’ils disaient était mineur par rapport à d’autres nécessités, des contingences somme toute purement matérielles que l’on prend pourtant bien plus au sérieux que l’expression des êtres vivants.

J’ai assumé mon positionnement et gardé ce petit chat auprès de sa maman, et il pourra y rester autant qu’il en aura besoin.

Ce ne fut pas facile de tenir bon sans culpabiliser.Mais je l’ai fait.

Je me suis souvenue de toutes les fois où j’ai forcé les choses parce que  »  il le faut bien », et des douleurs qui s’en sont suivies.

Le coeur déchiré , ça c’était avant.

Le temps du respect, c’est maintenant.

Et comprendra qui comprendra.

 

2 Replies to “le petit chat”

  1. Bravo Frédé d’avoir tenu bon !
    C’est chouette ta vision des choses 🙂
    Ma chatte Patapouf qui était malade d’une tumeur au sein est morte le lendemain de l’Ascension.
    Au début, je me disais que la prochaine chatte que je prendrai je la ferai stériliser au lieu de lui donner la pilule, ce qui lui a été fatal.
    Et puis j’ai réalisé que je n’étais pas obligé ne « prendre » un chat. L’habitude d’en avoir toujours eu un pour les souris, pour le plaisir des enfants s’était imposée …
    Je me suis rendue compte que je n’étais pas vraiment en lien avec les animaux et que du coup ce n’était pas une bonne chose d’en adopter un nouveau !
    J’apprécie ma nouvelle liberté et en plus je suis contente de me sentir respectueuse de ces animaux finalement en ayant fait ce vrai choix !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s