» Gloria mundi » la vie et la survie , le dernier Guediguian

Le dernier film de Guediguian m’a bouleversée.

Comme une tragédie grecque dans le monde actuel.

Un regard distancié , sage et intemporel, incarné par le personnage de Daniel porté sur la violence brute du monde des villes d’aujourd’hui .  » Tout cash  » , le nom du magasin où se déroule une partie du film, est révélateur.

l’alchimie de la musique classique magnifique sur les scènes de la tragédie quotidienne de la misère ordinaire réveille notre indignation à en avoir le souffle coupé.

le tragique, l’incontournable, le destin, dans lequel les héros se trouvent enfermés, irrémédiablement malgré toutes leurs secousses, leurs efforts, leurs tentatives encore et encore pour » s’en sortir » est ici ,comme les Dieux de l’Olympe condamnaient Sisyphe ou Hercule à des travaux absurdes et répétitifs , la logique du monde ultra-libéral qui enferme la femme de ménage, le chauffeur uber, le vendeur,le patron de PME etc…tous les « misérables »que nous sommes à la survie à perpétuité.

Mais si chez les grecs les épreuves  finalement aboutissent à  réparer les destins et libérer les héros, on ne s’en sort pas dans le monde d’aujourd’hui, point d’issue ni réelle ni même rêvée , condamnés à survivre , la vie est elle encore possible?

C’est la question que pose ce film.

la naissance d’un bébé , filmée avec tant de beauté, qui ouvre le film, et le retour à la case prison du grand-père, qui le clot, incarnent cette question : tous les espoirs que la vie porte en elle ont ils place en ce monde pour fleurir au futur?

y a t il encore de l’espace pour accueillir la vie?

l’arrivée de l’enfant, l’énergie et la joie qui l’accompagnent, vient confronter ses parents à l’impossibilité de l’accueillir ( pas les moyens de se payer une nounou, de payer le loyer, la nourriture…) .

les grands-parents , figure du sacrifice de l’amour, du don inconditionnel,essaient de pallier à la carence du monde , et leur tentative conduira au drame .

le salut proviendra du grand-père qui , ayant passé sa vie en prison pour une connerie d’inconsciente jeunesse, y retournera en conscience ( se dénonçant pour un crime qu’a commis ses enfants).

inconscient, conscient, en prison, toujours . L’incarnation est-elle une condamnation?

Le film débute par l’ouverture sacrée de la naissance et se clot par l’oeilleton de la porte de prison sur le grand-père qui porte un regard face caméra .

Faire face .

Interroger : quid du futur?

Dans ce monde où vivre n’est plus possible, comment continuer sans un éveil?

La figure du parent dans ce film est très intéressante et révélatrice de la part de nous qui peut porter un regard d’espoir sur le monde tout en le voyant tel qu’il est avec lucidité.

Le parent, celui qui crée un espace pour accueillir la vie et en prendre soin, le responsable, l’éducateur, le soignant,le paysan, le bienveillant…..pouvons nous encore exercer ces métiers dans le monde d’aujourd’hui?

La politique ultra-libérale de surexploitation des ressources et des autres est elle restée au narcissisme de l’enfant de 3 ans? allons nous devenir adultes politiquement?

Les parents des parents de la nouvelle née Gloria se sont tous sacrifiés pour sauver la vie, pour leurs enfants. Les parents de Gloria malgré leur sacrifice y échouent , cernés de toute part par les murs des violences de la barbarie de la survie.

Il n’y a pas d’échappatoire pour les condamnés que nous sommes.

sauf peut être dans « faire face » , regarder le regard, retrouver le face à face, expressions à la saveur particulière en cette ère des masques.

« Faire face », sommes-nous encore humains?

L’espace, c’est la conscience, dit le physicien Philippe Guillemant . Allons nous réorganiser le monde à partir de notre conscience et laisser une chance à la vie ou continuer ainsi à laisser les forces d’inertie se refermer sur notre lumière jusqu’à l’éteindre?

Toute l’oeuvre de la philosophe Cynthia Fleury ravive la nécessité de prendre soin de la démocratie pour qu’elle reste en vie . Elle montre comment la possibilité du processus d’individuation est indispensable et concomitante de la citoyenneté démocratique. En d’autres termes, la santé psychique des êtres est la fondation de la cité. Ce qui rend possible le processus d’individuation , devenir une personne, est essentiellement la liberté . cultiver la liberté demande un engagement intime autant que politique.

Nous en sommes là.

Bon allez, pour se donner du courage,…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s